Aller au contenu principal

Etude sur la perception des risques industriels et les attentes citoyennes

Date de lancement de la démarche
Date de clôture de la démarche
Etude risques industriels

La Métropole Rouen Normandie en partenariat avec l'ICSI (Institut pour une Culture de Sécurité Industrielle) et l'Université de Rouen ont lancé début mai 2022, une étude sur les attentes citoyennes et les perceptions locales des risques industriels, avec pour objectif de co-construire une nouvelle instance de discussion sur ce sujet, réunissant tous les acteurs : habitants, élus, institutionnels et industriels.

Cette étude est une étape supplémentaire dans les actions de développement de la culture du risque portées par la Métropole Rouen Normandie depuis l’incendie de l’usine Lubrizol en septembre 2019. En effet plusieurs actions ont déjà été mises en œuvre comme :

  • la création d’un dispositif d’alerte SMS auquel vous pouvez vous inscrire ici : INSCRIPTION ALERTE SMS ;
  • la publication d’un hors-série du Mag de la Métropole, en téléchargement ici : MAG DE LA METROPOLE ;
  • l’accompagnement des communes pour l’élaboration des Plans Communaux de Sauvegarde qui permettent aux collectivités d’organiser efficacement leurs services et actions en période de crise.

Cette étude, visant à identifier les attentes spécifiques de la population de la Métropole Rouen Normandie, est ainsi une première étape indispensable pour la mise en pratique d’une participation citoyenne locale efficace et pérenne autour du risque industriel.

Informations sur le projet

PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE

Une première phase sur le terrain

L’étude a débuté en mai 2022 par une première phase, composée de plusieurs dizaines d’entretiens individuels avec des habitants de la Métropole, mais également des associations, des élus locaux et des industriels. Cette phase, confiée au sociologue Pierre Lénel, a eu pour but d’identifier les préoccupations et volontés principales de plusieurs catégories d'acteurs sur 4 communes différentes : Elbeuf-sur-Seine, Grand-Quevilly, Bois-Guillaume et Duclair. Ces 4 communes ont été sélectionnées en fonction de leur positionnement ou distance d’éloignement par rapport aux installations industrielles rouennaises et leur caractère rural ou au contraire urbain.

Cette première phase a eu deux objectifs :

  • appréhender les représentations des risques dans leur complexité à travers des entretiens ;
  • identifier les questions émergentes autour de la prévention et gestion des risques industriels pour construire un questionnaire à destination du grand public.

Les entretiens avec les citoyens ont été réalisés directement sur site, dans le cadre d’un stand installé sur le domaine public. Les acteurs plus institutionnels (élus, industriels, directoire du Conseil de développement durable de la Métropole) ont été rencontrés en mairie, en bureau ou en visioconférence.

Une seconde phase en ligne

Pour compléter la première phase de l'étude, la Métropole Rouen Normandie a mandaté l'Université de Rouen pour travailler sur un questionnaire ouvert au grand public. Celui-ci a été élaboré à partir des résultats de l’analyse des entretiens menés par le sociologue Pierre Lénel.

A travers une vingtaine de questions, toute personne qui habite, travaille ou se rend sur le territoire de la Métropole Rouen Normandie peut exprimer ses attentes et propositions sur les thématiques identifiées en phase 1 comme les moyens d'information de la population, la diffusion de l’alerte en cas de crise, la formation de la population aux bons comportements, la transparence sur les risques, les contours et le rôle d'une instance de dialogue sur les risques…

RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE

 

Vous pouvez répondre à ce questionnaire de manière totalement anonyme. Toutefois, si vous souhaitez communiquer vos coordonnées pour être associés aux prochaines étapes, notez qu’elles ne seront utilisées que dans le cadre exclusif de la démarche de mise en œuvre d’une instance de dialogue sur les risques majeurs. Seules la Métropole et l’Université de Rouen ont accès à ces informations.

En complément du questionnaire, la présente page dispose d'un module "commentaires" (cf. bas de page) permettant à toute personne qui le souhaite de faire une contribution libre sur le sujet, et ceci tout au long de la période de consultation du public.

A la suite de cette phase de questionnaire, qui se clôturera le 17 juillet 2022, un rapport d'étude consolidé présentant les résultats du questionnaire et des entretiens individuels sera élaboré et des propositions d'organisation pour l'instance de dialogue (forme/sujets/composition...) seront formulées à la rentrée 2022.

Vos contacts

Nom du service ou de la direction
Unité Gestion de crise / Culture du risque
Nom de la personne ressource
Hassan EL MACHKOURI
Fonction de la personne ressource
Chargé de la culture du risque
Mail de la personne ressource
risques@metropole-rouen-normandie.fr

Les avis déposés

pascal (non vérifié)

lun 11/07/2022 - 23:06

Après l'incendie de lubrizol des ministres sont venus pour nous rassurer et nous dire qu'il n'y avait pas de risque de pollution et qu'il ne fallait pas s'inquiéter de l'effondrement du toit en fibrociment (amiante). Cela rapelle le nuage de tchernobyl qui s'est arrêté pile à la frontière. Non seulement nous sommes mal informés mais on plus on nous ment de façon éhontée.
Le pire c'est qu'à côté de lubrizol qui n'a pas été délocalisé se construit un quartier vert.
Rendez-vous dans quelques années lorsqu'il y aura une augmentation anormale des cas de cancer, on nous dira qu'il ne faut pas s'inquiéter...

MAIGNAN M (non vérifié)

ven 01/07/2022 - 17:14

Concernant LUBRISOL, j'ai entendu les explosions, habitant près de la Préfecture et constaté cet énorme nuage de fumée noire qui obstruait le ciel, passant au-dessus de mon appartement. Je n'ai pas entendu les sirènes (car il m'a été dit qu'elles avaient retenti). Spectacle très angoissant. Odeur insoutenable. Il est regrettable qu'aucune directive et/ou information n'ait été divulguée afin de savoir quoi faire. C'est ma fille, travaillant près de Lillebonne, qui m'a dit qu'il fallait partir de Rouen, là-bas ils avaient des infos...
On constate de plus en plus de cancers dans notre entourage, il y a-t-il un lien de cause à effets ?
Autre pollution : depuis plusieurs années, je constate les premières semaines de septembre une pollution jaune sur le sol, les plantes, les rues ; qu'est-ce ? du soufre ? nous n'avons aucune infos pourtant cela est bien visible, surtout lorsqu'il vient à pleuvoir et que les flaques d'eau sont cernées de cette pollution, quels dangers cela représente pour les habitants ? ...
Oui il serait bien que la population soit informée et non plus simple victime. Merci.

TOUTAIN Jacqueline (non vérifié)

mar 21/06/2022 - 14:23

J'ai été réveillée par le téléphone de la mairie ver 7h....me rassurant par des consignes très claires.Je n'ai entendu aucune explosion (double vitrage). Par contre ma fille et ses petites ont eu ce gros nuage noir et les indispositions comme cette odeurs persistantes plusieurs jours. J'ai moi-même pu constater cette odeur très gênante.

VALERIE HERSON (non vérifié)

lun 20/06/2022 - 16:10

J'étais encore chez moi, à Rouen, quand cela s'est produit. Je vois encore la grande fumée noire passer au-dessus des toits, à l'ouest de chez moi, vers le nord. En dehors de l'inquiétude (que c'était-il passé ?), je ne savais que faire : rester chez moi ? Me rendre à mon lieu de travail (dans la périphérie ouest de Rouen) ? Les déplacements étaient-ils possibles ? Permis ? Faute d'informations, je suis allée travailler car mon employeur n'en savait pas plus et attendait des consignes de la Préfecture. C'est ce flottement, cette attente dans la prise de décision qui m'a été le plus pénible. Même si je me doute que cela ne doit pas être évident pour les décideurs de se prononcer. En tout cas, il n'y a pas eu de panique. Un bon point.

Evelyne Delbos (non vérifié)

lun 20/06/2022 - 07:52

La métropole de Rouen pourrait-elle respecter la loi et appliquer enfin la directive européenne Seveso 2 -qui date de 1986 -
La population est-elle mise en danger sciemment ??

P. COLLETER (non vérifié)

dim 19/06/2022 - 17:05

J'ai quitté la ville dès que j'ai été réveillé par les explosions. Je suis revenu quand l'incendie était maitrisé, mais compte tenu des odeurs persistantes insupportables, je suis reparti pendant une semaine.
J'ai trouvé que la gestion de cette crise a été en dessous de tout ( avertir les habitants 5h après le début du sinistre par exemple) et que les exposés officiels qui ont suivi étaient au mieux de la simple langue de bois.

anne-marie berepion (non vérifié)

dim 19/06/2022 - 08:59

Il me semble qu'il y ait beaucoup plus qu'avant de cas de cancer du poumons chez des noms fumeurs à Rouen depuis l'accident de lubrizol, y a t il des etudes sur ce sujet actuellement?

Escudero (non vérifié)

dim 19/06/2022 - 08:47

Nous sommes parti dès que nous avons vu le nuage de fumée au dessus de la maison et depuis nous avons quitté la région à cause de cet épisode

Maryse PERCHE (non vérifié)

dim 19/06/2022 - 00:31

Je crois qu'il serait bon si ce n'est déjà fait qu'une Analyse chimique soit régulièrement faite (3fois par an entre mai et octobre) sur plusieurs fruits et sur plusieurs légumes de jardins ouvriers se situant aux alentours des usines à risque.