Aller au contenu principal
  • CONCERTATION PUBLIQUE
ROUEN - Zone à faibles émissions mobilité étendue
Date de lancement de la consultation
Date de clôture de la consultation
zfe etendue

Vous avez jusqu’au 30 septembre 2021 pour participer à la consultation publique concernant la mise en place d’une extension de la Zone à Faibles Émissions mobilité (ZFE-m) mise en place par la Métropole, sur une partie de son territoire. Vous pouvez donner votre avis et interagir avec les autres usagers qui participent aux échanges en ligne.

Informations sur le projet

Lauréate en 2015 de l’appel à projet « Villes Respirables en 5 ans », la Métropole Rouen Normandie porte un ambitieux programme d’actions autour des enjeux de la mobilité durable.

Mieux respirer au sein de la Métropole Rouen Normandie, un objectif partagé

L’air est un bien indispensable à tous c’est pourquoi il nous faut tout faire pour le préserver. Selon une étude de Santé Publique France, la pollution de l’air est responsable d’environ 2 600 décès prématurés en Normandie.

Si l’ensemble des polluants ont connu une baisse significative durant ces dix dernières années, le territoire de la Métropole Rouen Normandie présente toujours un air dégradé 1 jour sur 10 et a connu 24 jours de pics de pollution en 2019. La Métropole a pour ambition de réduire fortement la pollution atmosphérique sur son territoire et vise les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à l’horizon 2030.

Règlementairement imposée par l’État, une Zone à Faibles Émissions - mobilité est entrée en vigueur le 1er juillet 2021. Depuis cette date, les véhicules destinés au transport des marchandises (PL et VUL) ayant des vignettes Crit'Air 4, 5 ou non classés NE PEUVENT PLUS CIRCULER NI STATIONNER À L'INTÉRIEUR DE LA ZONE. Ce dispositif concerne uniquement les véhicules des personnes morales (entreprises, sociétés, associations, collectivités).

Dispositifs « Pic de pollution » et Zones à Faibles Émissions - mobilité

La Zone à Faibles Émissions mobilité (ZFE-m) sera en place toute l’année, pour améliorer la qualité de notre air quotidien. Cependant, en cas de pics de pollution, le Préfet peut prendre des mesures complémentaires, telles que la mise en place d’une Zone à Circulation Différenciée (ZCD). Celle-ci consiste à interdire la circulation de véhicules en fonction des vignettes Crit’Air, dans une zone définie, jusqu’à la fin de l’épisode de pollution. Le Préfet prend dans ce cas un arrêté spécifique qui définit le périmètre, la date de mise en application effective et le niveau d’exigence retenu. Un arrêté préfectoral décrivant les mesures et le périmètre devrait être publié à l’automne 2021.

Qu’est-ce une ZFE-m ?

Une Zone à Faibles Émissions mobilité (ZFE-m) est un secteur géographique défini où la circulation des véhicules les plus émetteurs de polluants atmosphériques est interdite par décision du maire. Ainsi, l’objectif est d’améliorer, au quotidien, la qualité de l’air dans la métropole rouennaise et garantir à ces habitants de respirer un air qui ne nuise pas à leur santé. L’accès à la circulation des véhicules les moins polluants à ce secteur permet de faire baisser les émissions de polluants notamment dans les grandes agglomérations. Seuls les véhicules immatriculés sont concernés.

Que s’est-il passé 1er juillet 2021 ?

La ZFE-m en place au 1er juillet 2021 concerne un périmètre délimité par les boulevards du centre-ville de Rouen.

Les boulevards des Belges, de l’Yser, de Verdun, de l’Europe, l’avenue Jean Rondeaux et les ponts Guillaume le Conquérant et Mathilde ne sont pas concernés par cette ZFE-m. Ce 1er périmètre ne concerne que les Véhicules Utilitaires Légers (VUL) et les Poids Lourds (PL) appartenant à des personnes morales (entreprises, sociétés, associations, collectivités). Des dérogations sont prévues pour certains véhicules.

L’accès, la circulation et le stationnement dans la zone sont désormais autorisés aux poids lourds et véhicules utilitaires légers munis d’une vignette Crit’Air verte ou 1 ou 2 ou 3.

L’accès, la circulation et le stationnement dans la zone sont impossibles pour un poids lourd ou un véhicule utilitaire léger avec une vignette Crit’Air 4 ou 5 ou « non classé » soit :

  • si la 1ère mise en circulation de votre VUL de motorisation essence est antérieure au 1er octobre 1997,
  • si la 1ère mise en circulation de votre VUL de motorisation diesel est antérieure au 1er janvier 2006,
  • si la 1ère mise en circulation de votre PL de motorisation essence est antérieure au 1er octobre 2001,
  • si la 1ère mise en circulation de votre PL de motorisation diesel est antérieure au 1er octobre 2009.

Les véhicules concernés sont ceux appartenant à des personnes morales (entreprises, sociétés, associations, collectivités).

Vous avez un véhicule de transport de marchandises ? La vignette Crit’Air est indispensable!

Pour obtenir la vignette Crit'Air rendez-vous sur : www.certificat-air.gouv.fr

C’est le certificat d’immatriculation (ou carte grise) carte grise qui détermine la catégorie de votre véhicule. Consultez la ligne J. S’il est noté N1, N2 ou N3, alors vous êtes concerné par la ZFE-m. Sur les anciennes cartes grises, il peut être mentionné CTTE et CAM.

À partir du 1er juillet 2021, les forces de l’ordre seront habilitées à dresser des procès-verbaux, sur des véhicules en circulation et en stationnement. Le montant sera de 68€ pour les véhicules utilitaires légers et 135€ pour les poids lourds. Attention, si votre véhicule ne possède pas la vignette Crit’Air, vous n’êtes pas en règle et pouvez être verbalisés.

Que va-t-il se passer en 2022 ?

La ZFE-m sera progressivement étendue à partir de 2022 afin de faire disparaître les dépassements de seuils de polluants engendrés par le trafic routier.

Toutes les voies au sein de ce périmètre pourraient être concernées par la ZFE-m, sans exception, selon l’avis du Préfet.

Au 1er janvier 2022, ce périmètre continuera exclusivement à concerner les véhicules utilitaires légers et les poids lourds appartenant à des personnes morales.

Au 1er juillet 2022, l’objectif est d’appliquer la ZFE-m à l’ensemble des véhicules (deux roues, tricycles, quadricycles à moteur, cyclomoteurs et motocycles, voitures, véhicules utilitaires légers, poids lourds, autobus et autocars).

Consciente de l’impact financier que peut représenter le renouvellement d’un véhicule pour certaines entreprises, la Métropole a mis en place un dispositif d’aides pour le renouvellement des véhicules utilitaires anciens. Ces aides sont cumulables avec certaines aides de l’État (bonus écologique, prime à la conversion notamment).

En amont de l’application de la ZFE-m aux véhicules des particuliers, un dispositif d’aide à l’attention des résidents de la Métropole sera également mis en place par la Métropole début 2022.

Quelles sont les étapes pour la mise en place des extensions de la ZFE-m ?

  1. 29 juillet > 30 septembre 2021  : consultation du public, avec mise à disposition du projet d’arrêté et de l’étude ZFE-m ;
  2. 29 juillet > 29 septembre 2021 : soumission du projet d’arrêté et de l’étude ZFE-m pour avis des parties prenantes. Soit : autorités organisatrices de la mobilité dans les zones et dans leurs abords, conseils municipaux des communes limitrophes, gestionnaires de voirie, chambres consulaires concernées (NB : avis réputé favorable si non rendu dans un délai de 2 mois) ;
  3. 1er octobre > 30 octobre 2021 : finalisation de l’arrêté d’extension de la ZFE-m qui entrera en vigueur le 1er juillet 2022 ;
  4. 1er novembre > 31 janvier 2022 : Information locale du public (Exemples donnés par le Ministère : diffusion d’un communiqué de presse et des démarches d’affichage) ;
  5. Novembre/décembre 2021 : Mise en place de la signalisation routière ;
  6. 1er janvier 2022 : entrée en vigueur de l’extension de la ZFE-m, pour les Véhicules Utilitaires Légers et les Poids Lourds appartenant à des personnes morales ;
  7. 1er juillet 2022 : application de la ZFE-m à tous les véhicules, dont ceux de particuliers.

Quels véhicules seront concernés en juillet 2022 ?

L’accès, la circulation et le stationnement dans la zone étendue seront autorisés aux véhicules munis d’une vignette Crit’Air verte ou 1 ou 2 ou 3.

À terme, l’accès, la circulation et le stationnement dans la zone seront impossibles pour un deux roues, tricycle, ou un quadricycle à moteur, un cyclomoteur, un motocycle, une voiture, un véhicule utilitaire léger, un poids-lourd, un autobus ou un autocar avec une vignette Crit’Air 4 ou 5 ou « non classé » soit :

  • Pour un deux roues, un tricycle, un quadricycle à moteur, un cyclomoteur, un motocycle dont la date de 1ère immatriculation est antérieure au 1er juillet 2004.
  • Pour les voitures :
    • De motorisation essence dont la date de 1ère immatriculation est antérieure au 1er janvier 1997.
    • De motorisation diesel dont la date de 1ère immatriculation est antérieure au 1er janvier 2006.
  • Pour les véhicules utilitaires légers :
    • De motorisation essence dont la date de 1ère immatriculation est antérieure au 1er octobre 1997.
    • De motorisation diesel dont la date de 1ère immatriculation est antérieure au 1er janvier 2006.
  • Pour les poids lourds :
    • De motorisation essence dont la date de 1ère immatriculation est antérieure au 1er octobre 2001.
    • De motorisation diesel dont la date de 1ère immatriculation est antérieure au 1er octobre 2009.

L'accès, la circulation et le stationnement dans la zone seront autorisés aux véhicules munis d'une vignette Crit'Air verte ou 1 ou 2 ou 3.

Une nouvelle signalisation routière à identifier ?

Donnez votre avis sur le projet de ZFE-m étendue !

La Métropole vous invite à formuler votre avis sur le projet de ZFE-m étendue en utilisant le module de commentaires ci-dessous (la création d'un compte sur le site JE PARTICIPE est nécessaire pour pouvoir contribuer) ou en envoyant un mail à l'adresse jeparticipe@metropole-rouen-normandie.fr.

Vos contacts

Nom du service ou de la direction
Espaces Publics et Mobilité Durable
Nom de la personne ressource
Aurélien CAGNARD
Fonction de la personne ressource
Directeur
Mail de la personne ressource
jeparticipe@metropole-rouen-normandie.fr

Les avis déposés

Caroline Thoumy

jeu 05/08/2021 - 11:51

Bonjour,

Le projet d'interdiction de circulation de certains véhicules anciens touche particulièrement les plus démunis. Il leur sera impossible d'acheter une voiture récente ce qui pourrait avoir des conséquences sur leurs possibilités d'emplois. Ce projet est donc néfaste sur le plan social.

Si le but est de désengorger Rouen, pourquoi ne pas faire une bonne fois pour toute le contournement routier de la ville?!

Et pour ceux n'ayant pas possibilité de se racheter un véhicule, y aura-t-il un vrai plan d'aide? (De l'ordre du prix d'une voiture récente)
Y aura-t-il un développement massif du réseau de transport au delà de la métropole pour que les gens puissent aller travailler correctement ?

Pour finir, je trouve que ce projet n'a rien de pertinent sachant ce que certaines industries rouennaises rejettent impunément.
Commençons plutôt par là.

Floflo

ven 06/08/2021 - 18:38

Bonjour.
Pourquoi toute l'agglomération n'est pas concernée ? Certaines communes sont très polluées, sont difficilement vivables et ne sont pas comprises dans les communes citées ici. Dommage.
Montrez l'exemple, faisons une agglomération où la voiture est exceptionnelle. C'est difficile d'être responsable car ces comportements sont considérés comme normaux (vitesse, bruit, utilisation de la voiture systématique même pour faire 500m...)... Et ces mêmes personnes sont ici à déblatérer. Pour rappel, la pollution atmosphérique c'est plus de 40000 morts par an en France et sans parler du coût du bruit estimé à 150 milliards d'euros par an.
Il faut veiller à rendre le transport compétitif et attractif, le train est une bonne solution mais l'offre est aujourd'hui inacceptable en métropole. Il faudrait se rabibocher avec la région car c'est maintenant que ça se joue.

AURELIE DERVIL…

mar 10/08/2021 - 08:33

Interressantes les propositions de ce premier avis de M. AMEDEE, voici donc une synthèse de quelques avis que j'ai trouvé pertinents avec ajouts de ma part:
- Décaler dans le temps l'extension de la zone pour les particuliers afin de leur permettre de trouver des solutions d'adaptation.
- Reflechir a des adaptations du critère unique de la vignette: celui qui utilise son SUV tous les jours pollue plus que celui qui utilise sa vieille clio essence une fois par mois, de meme pour les 2 roues qui ne contribuent pas aux bouchons.
- Accompagner la mesure de dispositifs d'aides dignes de ce nom (et au lieu de soutenir la construction neuve, les constructeurs ne peuvent ils travailler a des adaptations des vehicules actuels pour les rendrent moins polluants?)
- permettre un couloir de traversée a defaut de contournement possible de Rouen, developper les systemes de parkings aux abords de la métropole si mise en place de l'extension, ainsi que le relais par transport en commun ou autre mode de déplacement et participer a leur promotion (appli de covoit' ou autre)
- quid des plus gros pollueurs de la métropole, quels efforts leur sont demandés?? Pourriez-vous communiquer sur les contributions a la pollution atmosphérique et environnementale de chaque acteur economique de la metropole? Et les mesures de reduction de la pollution relative pour chacun?
- pas de passe droit: si le petit particulier doit trouver les moyens de renouveler son véhicule, les services de l'Etat aussi (et même en priorité).
- Intégration et responsabilisation des employeurs dans la concertation, les trajets etant largement de type domicile-travail.
Les efforts sont indispensables mais ils doivent etre globaux et équitables.

Aubourg

mar 10/08/2021 - 10:31

Bonjour à tous,
Je souhaite m'exprimer sur le forum concernant la ZFE sur Rouen.

Déjà, cette mesure est aberrante car socialement discriminatoire.

Un SUV récent va rentrer dans la ZFE alors qu'une petite citadine ancienne sera bloquée (alors qu'elle consomme beaucoup moins)..C'est scandaleux. Un non-sens environnemental de détruire des véhicules entretenus disposant du CT... La première règle en matière d'écologie est de ne pas jeter ce qui est utilisable (et donc de conserver au maximum). Les vrais écolos c'est ceux qui entretiennent correctement leurs voitures dans le temps.

Il faudrait également se poser des questions sur les véhicules électriques aussi polluants qu'une thermique si on intègre la conception (métaux rares etc)..
Avec la logique de la métropole, Il faudra donc contourner Rouen soit plus de kilomètres donc plus de pollution, et toujours pas de périphérique autour de Rouen pour faciliter la circulation...C'est vraiment mettre la charrue avant les bœufs...

Pensez-vous aux travailleurs modestes qui se lèvent tous les matins pour travailler dans le centre par exemple au CHU.
Pas de transports en communs compatibles avec les horaires ou non sécurisé le soir. Envisagez-vous des navettes spécifiques. Facile pour des élus disposant de voiture avec chauffeur de prendre cette décision. Pour les citoyens ce n'est pas aussi simple.
Quid des aides pour les travailleurs de l'agglomération qui n'y habitent pas...

Vouloir interdire les véhicules est complétement stupide sans une véritable politique globale, de l'urbanisme (parkings périphériques + périphérique / aménagement de pistes cyclables) des transports en commun largement développés et pourquoi pas gratuits (QUID du métro de Boulingrin au CHU / ou de technopole au Zénith avec pourquoi pas une continuation jusqu'à Braque). Pontevedra (une ville en Espagne) a réussi ce défi avec un politique globale et non discriminante.

Et sincèrement pour Rouen c'est la honte avec l'épisode de Lubrizol qui peut polluer sans être inquiéter plus que ça (ou avec des amendes dérisoires).
Il est certainement plus urgent d'agir pour vérifier la conformité au niveau de la sécurité des entreprises CEVESO dans l'agglomération plutôt que s'en prendre aux citoyens modestes.

Et concernant la pollution avant de s'en prendre aux véhicules, quid des paquebots de croisières et de l'aviation bien plus polluante...

Je vous remercie pour la prise en compte de mon message.

Bien cordialement

cluse

mar 10/08/2021 - 12:19

Les concertations déjà menées dans un passé récent sur la métropôle de Rouen n’ont hélas montré aucune écoute/ aucune réelle utilité car les décisions ont été imposées (ligne sncf Paris Normandie ;plan de circulation PL de Rouen…)
Sur le sujet ZFE, il y a beaucoup à dire :
-une ZFE limitée au centre de Rouen comme actuellement est nettement plus acceptable qu'une ZFE étendue à une dizaine de commune.
- Les habitants de la métropole sont ils bien au courant du sujet ?: il suffit de sonder quelques personnes habitant Grand Quevilly , Petit Quevilly, Saint Etienne du Rouvray pour s’apercevoir que ce n’est pas le cas alors qu’ils vont être sévèrement impactés—l’information et l’écoute éviteront une levée de bouclier type gilets jaunes et bonnets rouges.
- C’est un sujet qui va assurément créer des inégalités : les aides au changement sont clairement faibles au regard de l’investissement pour changer de voiture- j’ai fait l’exercice pour mes beaux parents qui habitent grand quevilly et ont un véhicule crit air 4 donc exclu dans le futur de la ZFE alors qu’il est en bon état : ils n’ont pas les moyens de le remplacer sous 1 an ! combien de personnes dans le même cas ? assurément beaucoup De plus, mettre le doigt dans ce sujet, c'est à termes aussi la volonté de bannir les véhicules crit air 2 puis 1...alors que tout le monde a acheté un véhicule homologué et est soumis au contrôle pollution tous les deux ans.
- si la ZFE étendue est maintenue, Il faut clairement penser à une signalisation de qualité, des itinéraires de transit et des parkings périphériques avec des alternatives pour ceux qui n’ont pas de voitures répondant aux critères de la ZFE (qui peuvent venir de loin) et ces itinéraires ne doivent pas créer une augmentation des distances qui génèreraient une augmentation de la pollution.
- Pourquoi ne pas attribuer une dérogation spécifique sur une durée suffisante 3 ans pour les habitants de la ZFE ?
- Il faut penser aux véhicules de collection ou présentant un intérêt historique automobile : ce ne sont pas des véhicules qui roulent beaucoup et ils pourraient être autorisés le soir et le week end par exemple. cela assure aussi la préservation de notre histoire automobile (Paris a prévu ce cas de figure).
- Cela va créer un gâchis écologique : mettre une voiture à la casse et produire un véhicule neuf a un coût écologique : c’est finalement de l’obsolescence programmée. D’ailleurs, il suffit de s’intéresser de près aux véhicules électriques pour voir qu’il va y avoir un gros problème : les batteries ne tiennent que 4 à 10 ans et leur coût sera toujours élevé même s’il baissera : 17 000 euros pour une citroën C0 = qui peut et veut payer cela? sans compter l’impact sur les ressources du sous sol ? des véhicules légers avec des petites batteries pour circuler en ville et récupérer de l’énergie ont du sens, utiliser des carburants renouvelables dans des véhicules hybrides aussi, le tout électrique hors ville a nettement moins de sens…
- Pourquoi ne pas attribuer la vignette Crit air 1 aux véhicules homologués flex fuel essence/E85 ? cela permettrait de continuer à utiliser des véhicules essence crit air 3 et 2 dans le respect de l’environnement : 40% d’émission de C02 en moins du champ à la roue et même 2 à 10% en moins du réservoir à la roue, 30 %d’oxyde d’azote en moins et 90% de particules en moins. L’état ne veut pas le faire mais ses arguments écrits sont faux ! ( question n° 16840 au JO du sénat pour ceux que cela intéresse) :c’est scandaleux. Développer les carburants renouvelables avec des procédés vertueux (biocarburants 2g,3G et efuels, hydrogène vert non issu du pétrole comme actuellement) devrait être une priorité.
Une ZFE a un intérêt pour améliorer la qualité de l’air mais il serait juste de limiter la circulation de tout véhicule motorisé dans ces espaces par souci d'égalité, de conserver des ZFE de taille modeste (centre ville), de prévoir des parkings et des itinéraires de transit autour et des transports alternatifs réellement propres , d’autoriser les habitants à y circuler avec une dérogation comme dans certaines voies piétonnes, de penser aux véhicules d’intérêt historique.
L’écologie oui assurément mais de l’écologie raisonnée/raisonnable/juste / associative et non politique/dogmatique/lobbyiste dénuée de sens

Hebert fred

sam 14/08/2021 - 12:58

Je ne saurais dire si cette mesure est nécessaire, vitale et qu'elle donnera des résultats sur la pollution car pour cela il faudrait accélérer le travail avec les industriels de la métropole. En tant qu'acheteur public, nous n'avons pas plus de passe doit comme j'ai pu le lire car un décret nous impose une réduction d'émission de CO2 sur nos parcs automobile. Maintenant , on peut s'interroger sur les modalités de calcul des émissions de CO2 des véhicules qui déterminent les vignettes crit'air. Le plus intelligent serait de laisser le temps aux gens de s'organiser mais avons nous réellement le temps d'attendre ? Et puis si la métropole ne fait rien, elle sera taxée de laxisme et si elle fait qqchose, considérée comme inhumaine avec la population. Cette zone doit par contre s'accompagner d'un développement important de pistes cyclables sécurisées et d'un maillage en transport en commun non polluant important me semble t'il. Bon courage dans cet exercice pas simple, mais où les dérèglements climatiques s'accentuent, me semble t il

lanoe alain

dim 15/08/2021 - 21:39

Les aides publiques prévu.. sont insuffisantes.. pour les revenus faibles.. retraité ect...a faire sur les voitures d'occasion.. merci

Benjamin

lun 16/08/2021 - 00:05

Permettez-moi d'émettre quelques réserves quant à l'application d'une ZFE-m au sein de la Métropole via les quelques arguments (faisant parti d'une longue liste) :

Tout d'abord, au niveau national :

- La vignette Crit'air créée par S. Royal lorsqu'elle était au Ministère de l'Ecologie, est absolument obsolète. En effet, elle se base sur l'année de fabrication du véhicule, et non sur ses émissions polluantes. Ainsi, pour exemple, une Peugeot 206 de 2002 en motorisation Diesel sera Crit'air 4 tandis qu'une Peugeot 208 de 2015 sera Crit'air 2, alors que leur moteur est le même (1.4 HDi, moteur qui n'a subi aucune modification au cours de sa carrière). De plus, la chasse aux polluants est imparfaite puisque basée sur le CO2, un gaz non polluant mais responsable du réchauffement de la planète.

- Au sujet de la pollution qu'engendrerait l'automobile, il convient de rappeler que sa part en UE est très faible (comme le souligne xanne76 à juste titre), en revanche, les magasins surchauffés en hiver et allumées jour comme nuit semblent moins gênants aux yeux de tous. Il faut d'ailleurs rappeler que Paris a subi un pic de pollution lors du confinement d'avril 2020 alors que la ville était à l'arrêt, dépeuplée d'une bonne partie de ses habitants et qu'il faisait beau (donc les chauffages étaient éteints).

- L' interdiction des véhicules les plus anciens soulèvent un souci majeur en terme de liberté de circulation et amène le phénomène d’obsolescence programmée : l'automobiliste qui a acheté son véhicule n'a jamais été mis au courant que son véhicule devra nécessairement être mis au rebut au bout de x années. De plus, le système d'aides à l'achat est un véritable trompe-l'oeil, puisque seuls les plus démunis (par forcément les moins dépensiers d'ailleurs) en ont droit, et les montants sont insuffisants. Croyez bien que cette catégorie de personnes planifient leurs grosses dépenses bien en amont et ont d'autres priorités que de remplacer un véhicule en bon état de marche par un véhicule plus récent.

Au sujet de la Métropole de Rouen :

- Il convient de noter que le réseau de transport est suffisant en centre-ville et en banlieue, si bien que lorsqu'un habitant prend sa voiture, c'est bien parce qu'il se rend dans un endroit sans transports (travail, etc) ou pour transporter des produits volumineux (courses, déménagements, ...). Aussi, lors des déplacements en centre-ville ou pour les loisirs, les transports en commun sont déjà largement plébiscités, et encore plus depuis qu'ils sont gratuits le samedi, cette mesure est d'ailleurs une réussite.

- En parlant du réseau de transport, il est bon de rappeler que celui-ci roule au diester ou au diesel, qu'il est vieillissant et donc polluant, j'espère d'ailleurs que les bus mis en circulation depuis 2017 sont, comme les voitures, pourvues d'un filtre à NOx, indispensables pour la bonne qualité de l'air. Ce sont d'ailleurs ces mêmes véhicules qui sont la cause d'amas de chaleur en été (exemple : Arrêt Théâtre des Arts)...

- La configuration de la ville n'est pas adaptée à la création d'une large ZFE métropolitaine : Rouen est est entourée de plateaux, avec de gros axes routiers (SUD III, A150, N338,...) qui débouchent directement dans la ville, et qui sont souvent encombrés. Ces embouteillages causent justement de la pollution : une circulation plus fluide de la SUD III permettrait déjà d'améliorer l'air dans les villes de Petit et Grand-Quevilly, l'A150 dans les villes de Maromme et Canteleu, ... il est donc urgent d'attendre les nouveaux aménagements prévus pour ces axes avant d'instaurer une mesure punitive et coûteuse pour les ménages.

L'instauration d'une ZFE-m (qui est d'ailleurs une contrainte européenne, il est important de le préciser) n'a donc de sens que dans Rouen, où se concentre une très large part de la pollution atmosphérique, et avec des couloirs de circulations non réglementés (grands boulevards et avenues) pour ne pas pénaliser les automobilistes obligés de traverser la ville pour atteindre leur destination.

De nombreux autres arguments pourraient être évoqués, et je vous conseille de regarder les vidéos de "Voiture et Ingénierie" sur YouTube pour mieux cerner les tenants et les aboutissants.

Au plaisir de débattre avec vous sur ce sujet.

B.

gordini

mar 24/08/2021 - 08:39

Dorénavant, chaque vote que je ferai sera contre l'escrologie. Il est difficile d'imaginer plus stupide comme mesure que celle-ci. Imposer à des gens qui vont une fois le mois ou moins de dépenser l'argent démontre que les élus ne savent pas compter. Envoyer à la casse des véhicules en parfait état de fonctionnement est de l'idéologie. Je boycotterai donc les achats sur l'agglomération rouennaise et si j'ai besoin d'aller au CHU, je prendrai une voiture sanitaire aux frais de la communauté.

charlotte

mer 25/08/2021 - 20:18

ma voiture m'a coûté 1000€ (on ne peut pas mettre plus malgré deux salaires et pas d'enfant à charge), ça fait 4 ans que je l'ai et avec ses 550kg, elle pollue moins qu'un suv neuf respectant les normes. De plus toutes les voitures de moins de 10 ans, se font fracturer très régulièrement dans ma rue de Petit-Quevilly. Alors donnez moi une aide pour que la voiture revienne à 1000€ max tout en roulant bien et ne nécessitant quasi aucune réparation, qu'il soit facile, pas cher et rapide de la recharger et qu'elle puisse faire 400km pour que j'aille dans ma famille sans recharge au milieu du trajet. Il faudra aussi compenser l'impact écologique de la construction d'une nouvelle voiture et la destruction l'année prochaine parce que la mienne si elle peut durer encore 20 ans, elle durera 20 ans.

Donnez votre avis