Aller au contenu principal

Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE)

Date de lancement de la démarche
Date de clôture de la démarche
Plan de prévention du Bruit

La Directive Européenne 2002/49/CE du 25 juin 2002 relative à l'évaluation et la gestion du bruit dans l'environnement, ainsi qu’à la détermination des nuisances sonores auxquelles les populations sont soumises, concerne les grandes unités urbaines de plus de 100 000 habitants. La Métropole-Rouen-Normandie, qui compte 498 822 habitants (INSEE), doit en conséquence appliquer cette Directive qui prévoit la mise en place d'une cartographie du bruit et l'élaboration d'un Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement (PPBE) applicable sur le territoire métropolitain.

Ces outils permettront à la Métropole Rouen Normandie :

  • d'évaluer l'exposition aux bruits routiers, ferroviaires et industriels des populations et des établissements sensibles (bâtiments de santé et d'enseignement) ;
  • de porter ces éléments à la connaissance du public ;
  • de contribuer à la définition et à la mise en œuvre d'actions préventives et curatives ayant pour objectif de réduire l’exposition des populations.

La Métropole souhaite ainsi consulter la population sur son projet de Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement (PPBE) et vous invite à donner votre avis en utilisant le module de commentaires en bas de la présente page.

Informations sur le projet

ORGANISATION ET MODALITES DE CONSULTATION DU PUBLIC :

La Métropole Rouen Normandie a donc élaboré, en tant qu’autorité compétente, son projet de Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE). Cet outil visant à la mise en œuvre d’une politique concertée de maîtrise de l’environnement sonore à l’échelle du territoire métropolitain sera effectif pour les 2 années à venir.

Après avoir consulté la population sur la définition des « zones calmes » du territoire, et approuvé en mars 2021 les cartes stratégiques du bruit, la Métropole Rouen Normandie engage donc une seconde phase de consultation sur les nuisances sonores observées et leurs sources sur le territoire, mais aussi sur les actions à mettre en place pour y remédier ou les atténuer.

Ainsi, vous avez jusqu’au 24 novembre 2021 inclus pour consulter le projet de Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE), partager vos avis et émettre des observations sur son contenu.

Pour ce faire, vous pouvez:

  • Utiliser le module de commentaires libres en bas de la présente page.
  • Envoyer vos contributions par voie électronique à l’adresse jeparticipe@metropole-rouen-normandie.fr
  • Les déposer sur place ou les envoyer par voie postale à l’Hôtel de Métropole en précisant :

Consultation PPBE – Service Participation Citoyenne

Le 108 Métropole Rouen Normandie

108 Allée François Mitterrand 76000 Rouen

DE QUOI PARLE-T-ON ?

Les sources de bruit concernées par la Directive Européenne 2002/49/CE du 25 juin 2002 et dont le projet de Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE) doit tenir compte sont:

  • les infrastructures de transports routiers incluant les réseaux routiers national (concédé et non concédé), départemental et communal ;
  • les infrastructures de transports ferroviaires ;
  • les infrastructures de transports aériens, à l’exception des trafics militaires ;
  • les activités bruyantes des installations classées pour la protection de l’environnement soumises à autorisation ou à enregistrement (ICPE-A ou ICPE-E).

A noterA noter que les sources de bruit liées aux activités humaines, à caractère localisé, fluctuant ou aléatoire, ne sont pas visées par la directive (bruits de voisinage et de comportements notamment) et que la Métropole Rouen Normandie a décidé de ne pas étudier l’aéroport de Rouen Vallée de Seine dans le cadre de la 3ème échéance de la directive en raison du caractère obsolète des données relatives (plan de gêne sonore et plan d'exposition au bruit aérien trop anciens utilisant un indice de bruit différent de celui de la Directive Européenne).

LES DOCUMENTS MIS A VOTRE DISPOSITION :

Projet de Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE)

Atlas cartographique du bruit

Bilan de la consultation sur les « zones calmes »

Vos contacts

Nom du service ou de la direction
Laboratoire Territoire et Mobilités
Nom de la personne ressource
Patrick MICHEL
Fonction de la personne ressource
Chargé d'études évaluation des politiques de mobilité
Mail de la personne ressource
jeparticipe@metropole-rouen-normandie.fr

Les avis déposés

Anonyme (non vérifié)

jeu 14/10/2021 - 19:53

Beaucoup trop de poids lourds et voitures sur cette départementale, devenue une autoroute avec aucun respect de la limitation à 70Km. Bref ce n'est plus la campagne

Floriane (non vérifié)

dim 03/10/2021 - 11:10

La ville est très bruyante ! Trop bruyante ! C'est un constat que chacun peut faire.
Il y a des bruits inutiles dont on pourrait se passer sans pénaliser le citoyen lambda, parce qu'il a une vieille voiture qu'il sort une fois tout les quinze jours ... Elle passe au contrôle technique. Je n'en oublie pas pour autant la proximité des aéroports, des voies ferrées et des autoroutes. Madame Walker a raison dans son commentaire au sujet de ce qui est appelé hélicoptère de la Sécurité Civile. Effectivement sur Rouen nous avons deux hélicoptères, un blanc et un jaune, bruyants, très bruyants, trop bruyants, à penser qu'ils volent à échappement libre. Ils volent au dessus de nos têtes chaque jour (même de nuit), ils volent au dessus de nos rues, de nos espaces verts, de nos potagers pour ceux qui en ont un (humm ..., ils sont bio mes légumes.) ... au kérosène, ou autre énergie fossile. C'est un autre problème de santé publique. Mais une chose est sûre : ils sont trop polluants. A quand les hélicoptères électriques ? Cela semble être une priorité et ils seraient moins bruyants.
Nous sommes tellement bons, que nos politiques ont rajouté un bruit aux nouvelles voitures électriques au dessous de 25km/h ... elles font du bruit. Plutôt que d'éduquer progressivement les piétons, cyclistes et autres usagers de la voie publique aux nouveaux moyens de locomotions électriques et plus silencieux, nos politiques ont préférés rajouter un bruit ... inutile.

Maxime (non vérifié)

ven 01/10/2021 - 16:41

Quand la MRN écrit dans sa participation citoyenne : "A noter que les sources de bruit liées aux activités humaines, à caractère localisé, fluctuant ou aléatoire, ne sont pas visées par la directive (bruits de voisinage et de comportements notamment)". Pourquoi consulter les citoyens ?
Les pollutions sonores récurrentes, nous les connaissons tous. Au moins depuis qu’existe le recensement des points noirs bruits, au moins depuis la mise en place des Plans de Prévention du Bruit dans l’Environnement.
Alors pourquoi ne pas s’intéresser aux points noirs bruits qui passent inaperçu et qui font pourtant beaucoup de dégâts sur la santé.
Exemple : les souffleurs à feuilles thermiques polluants et bruyants qu’utilisent beaucoup de ville, comme la ville de Rouen, ne sont pas bons pour l’empreinte carbone, les oreilles et les yeux des piétons et des cyclistes qui reçoivent les poussières, mini-graviers dans les yeux.
Exemple : les extracteurs d’air vicié vrombissants et bruyants de certaines entreprises, rejetant dans l’atmosphère, en catimini, des produits nocifs pour la santé.
Mais il est évident que beaucoup de ces messieurs et de ces dames ne le voient pas, ne l’entendent pas. Ils se déplacent en voiture, à l’abri de tous ces inconvénients. Le fait de se déplacer en voiture de fonction occulte d’ailleurs d’autres problèmes, comme les trous sur les trottoirs, les pavés bancals ou absents, les trottoirs inondés, les arbres non taillés qui obligent les piétons à descendre du trottoir, voir les rues encadrantes de l’ENSA. Mais cela est un autre sujet.
Donc on renonce et on ferme les yeux sur beaucoup de sujets qui polluent ponctuellement notre tranquillité et on se convainc que tout va bien dans le meilleur des mondes.

Stop_fuel

mar 28/09/2021 - 11:05

Bonjour,

Je peux enfin visualiser que mon logement est identifié comme incluse dans la pollution de la route_02 ce qui n'était pas être le cas dans la précédente étude.

Par contre, trop peu d'action concrète sont proposés ; par exemple, il n'y a pas amélioration à prévoir dans l'avenir pour les deux roues motorisés ("campagne de sensibilisation" et "répression", mais pour ce dernier cas, c'est globalement inexistant car peu de service de l'ordre sont équipés d'appareil de contrôle).

Les éventuels plans d'actions ne seront pas implémentées avant de nombreuses années, surtout que ma mairie ne se semble pas concernée dans des futurs aménagements (absence de la ville du Houlme dans l'annexe 3).

Qui proposera les axes à améliorer ? Qui pilotera ces améliorations ? L'agglomération ou les communes ?

Vivre en ville est écologique, on minimise l'espace au sol, on peut amener ses enfants à l'école en vélo ou à pieds... mais la pollution sonore (principalement générée par la moto et l'auto) ne favorise aucunement la vie en ville. La route est devenue une zone où les comportements inciviques sont devenues normaux car, il y a ni contrôle, ni aménagement. L'augmentation du volume sonore est ressentie (augmentation du trafic, augmentation de la vitesse et des incivilités) et l'urgence est réel.

Cordialement

Walker Sandrine (non vérifié)

lun 27/09/2021 - 22:15

Résidant à l angle de la route de Paris et de la rue de Belbeuf à Franqueville Saint Pierre avec nos 5 enfants, nous subissons chaque jour les nuisances sonores de la circulation démesurée de ces deux axes. Camions de 30 tonnes par centaines, motos débridées, voitures à échappement libre.. Tout ça sans aucune méthode de ralentissement avec des excès de vitesse ahurissants et une mairie bien décidée à ne rien faire. Rajoutons à cela l aéroport de Boos et l hélicoptère de la sécurité civile survolant Franqueville à basse altitude.
Nous sommes ainsi plus que concernés par cette problématique....

Donnez votre avis