Aller au contenu principal
  • CONCERTATION PUBLIQUE
Repensons le quartier Rouen Flaubert
Date de lancement de la consultation
Date de clôture de la consultation

Le projet Rouen Flaubert a été conçu il y a 15 ans. Il est souhaitable aujourd’hui de le remettre sur la place publique, non pas pour le remettre en question mais pour le faire évoluer en fonction des attentes actuelles. Il s’agit notamment de tenir compte des évolutions sociétales, des changements climatiques et des évènements récents comme l’incendie de l’usine Lubrizol, et la crise sanitaire du COVID-19.

S’agissant d’un projet à rayonnement métropolitain, la concertation est ouverte à l'ensemble des habitant.e.s des 71 communes de la Métropole Rouen Normandie, ainsi qu'aux réseaux associatifs, acteurs économiques (commerçants, entreprises, promoteurs, investisseurs…) et usagers du territoire.

Concertation publique Rouen Flaubert

Informations sur le projet

Les objectifs de la concertation

  1. Proposer un espace de dialogue permettant à la Métropole de répondre aux questionnements qui ont été véhiculés sur ce projet.
  2. Permettre aux habitants et aux acteurs locaux d’exprimer leurs attentes pour ce quartier.
  3. Se donner la possibilité de faire évoluer le projet de manière à tenir compte des transformations sociétales (risques sanitaires notamment) et du changement climatique (risques d’inondation, canicules plus fréquentes...) dans une approche de résilience.

Les thématiques que la Métropole souhaite aborder lors de cette concertation

Pour engager la démarche de participation citoyenne, la Métropole a identifié plusieurs thématiques sur lesquelles un travail de concertation avec la population et les acteurs du territoire est nécessaire :

  • le devenir de la frange ouest du quartier, espace de transition entre les infrastructures routières, la zone industrialo-portuaire et la zone mixte habitat/activités ;
  • l’aménagement du parc du canal au centre du quartier ;
  • la nature et la biodiversité en ville ;
  • la gestion des déplacements (voiture, transports collectifs, vélo, marche) en interne au quartier et pour le relier aux quartiers existants ;
  • les formes urbaines et architecturales ;
  • la modularité des espaces ;
  • les équipements publics du quartier ;
  • l’adaptation des logements aux conséquences de la crise sanitaire (télétravail,
  • balcons…) ;

Ces thématiques ne sont pas exhaustives et d’autres sujets de concertation peuvent être proposés à la collectivité dans le cadre de cette démarche participative.

Les invariants du projet

Si de nombreux sujets sont proposés à la concertation, d’autres ne peuvent être modifiés et sont à considérer comme des « invariants ». En raison de contraintes techniques, réglementaires ou d’avancement des projets, les invariants identifiés par la Métropole Rouen Normandie sont :

  • le périmètre du quartier et la proximité à la zone industrialo-portuaire ;
  • le raccordement au Pont Flaubert (sous maîtrise d’ouvrage de l’État) ;
  • la poursuite des aménagements déjà engagés ;
  • la poursuite même du quartier au-delà de ce qui a déjà été engagé, toutefois en tenant compte des résultats de cette concertation.

Le dispositif de concertation proposé pour le projet Rouen Flaubert

La concertation publique relative au quartier Rouen Flaubert se déroulera en 2 phases :

  • une 1ère phase de mise en débat des grands principes du schéma directeur du projet, d'octobre 2020 à avril 2021 (6 mois);
  • une 2ème phase de concertation permettra ensuite de préciser les aspects pratiques et opérationnels du projet.

La première phase de concertation : octobre 2020-avril 2021

Cette première phase de concertation fera appel à des outils numériques et des réunions en présentiel avec la population et les acteurs du territoire, ceci afin de permettre à chacun.e de prendre part aux échanges selon les modalités proposées.

La réunion publique du 15 octobre 2020

Une première réunion publique organisée le 15 octobre 2020 a permis un premier temps de présentation des enjeux du projet et de dialogue, afin d’identifier collectivement les sujets à concerter. Ainsi, aux thématiques proposées initialement par la Métropole Rouen Normandie sont venues s’ajouter les propositions citoyennes suivantes :

  • La prise en compte et la maîtrise des risques naturels et industriels
  • La conception des espaces publics pour une meilleure appropriation par les femmes
  • Les services et les commerces de proximité à prévoir

 

 

Suite à cette réunion publique, la Métropole a proposé un questionnaire pour interroger plus largement les citoyen.ne.s sur leur connaissance et leurs premiers ressentis du projet. Par ailleurs ce questionnaire a permis à celles et ceux qui le souhaitaient de prendre une part active dans la concertation en s'inscrivant dans l’un des groupes de réflexion citoyens qui vont être crées en novembre 2020.

BILAN DU QUESTIONNAIRE

 

Les ateliers de réflexion citoyenne

Une série d'ateliers de réflexion citoyenne vont être organisés. Les participants sont tous des volontaires ayant signifié leur volonté de travailler sur le projet Rouen-Flaubert en répondant au questionnaire en ligne.

L’objectif de ces ateliers est de mobiliser des citoyens et citoyennes, leur donner les moyens de maîtriser le sujet, l’ensemble des enjeux et les limites de chaque solution envisageable afin de pouvoir émettre un avis éclairé. Les travaux de ces ateliers feront l’objet d’une restitution publique.

Un groupe de travail pour les associations et les acteurs économiques locaux

En parallèle des ateliers citoyens, et afin de garantir la mobilisation et l’expression de tous, une trentaine d'acteurs locaux seront également mobilisés (réseau associatif local, acteurs institutionnels et économiques). Leurs travaux seront animés avec la même méthode et sur les mêmes thématiques que les ateliers de réflexion citoyenne. 

Au total, près de 120 personnes vont participer à ce travail collectif et détaillé de réflexion citoyenne. 

Au travers d'une série d'ateliers participatifs, acteurs locaux, citoyens et citoyennes volontaires auront la possibilité de mieux appréhender le projet, ses enjeux et objectifs, d’échanger avec la maîtrise d’œuvre, coconstruire des hypothèses d’aménagement et choisir ensemble les options répondant le mieux aux attentes citoyennes et aux invariants du projet.

Des balades urbaines

Enfin, des balades urbaines et visites de chantier seront proposées à la population tout au long de la concertation afin de permettre au plus grand nombre de prendre part à cette concertation (en fonction de l'évolution de la crise sanitaire actuelle).

Les outils numériques

Au-delà des groupes de travail, la population est invitée à participer activement à la concertation. Ainsi des questionnaires en ligne seront proposés et diffusés sur le site JE PARTICIPE ainsi que sur la page facebook de la participation citoyenne et de la Métropole.

Les acteurs du territoire (associations, entreprises, collectivités...) peuvent également produire des cahiers d'acteurs sur la base d’un « document type » (téléchargeable bientôt sur cette page) permettant de proposer une contribution "détaillée" qui sera publiée sur la plateforme et consultable par l'ensemble des lecteurs et lectrices.

Des questions vont faire l’objet de brèves capsules vidéos pédagogiques pour éclairer les débats et informer la population. Ces vidéos seront diffusées sur les réseaux sociaux.

Enfin, vous avez la possibilité de proposer une contribution libre en utilisant le module de commentaires situé en bas de cette page (Attention, la création d'un compte sur le site JE PARTICIPE est nécessaire pour pouvoir contribuer).

La restitution des travaux

Une séance d’échange, de partage et de restitution de la réflexion citoyenne sera organisée au printemps et une réunion publique de clôture et restitution de la concertation par la Métropole sera proposée fin avril. Un bilan de la première phase de concertation sera alors publié sur le site JE PARTICIPE.

La deuxième phase de concertation

La 2ème phase de concertation permettra ensuite de préciser les aspects pratiques et opérationnels du projet. Prévue en 2022, ses modalités seront définies collectivement à la lumière des enseignements de la première phase.

Vos contacts

Nom du service ou de la direction
Direction de l'aménagement et des grands projets
Nom de la personne ressource
Noémie HINFRAY
Fonction de la personne ressource
Responsable de projets
Mail de la personne ressource
jeparticipe@metropole-rouen-normandie.fr

Les avis déposés

Bonjour,
Lors de la semaine de la Transition, j'ai informé vos services que je souhaitais être inscrite à la concertation. Mon nom a été pris afin de m'inscrire. Pouvez-vous vérifier que cela a été fait pour ce jeudi 15 octobre, dès 18H ? Puis 19H00 ?
Si ce n'est pas le cas, je souhaite participer à cette réunion sur place au 108, jeudi.

Merci à vous.
Elise Boquié
06 88 20 55 60

Pierre AUGER

mar 13/10/2020 - 10:11

Il manque à Rouen un vrai stade capable d'accueillir les publics des grands spectacles sportifs professionnels de football et de rugby. Le stade Robert Diochon ne suffira pas (même avec une pelouse hybride) à satisfaire les besoins si, comme je l'espère, QRM et le FCR continuent leur ascension vers les niveaux de l'élite nationale et si le RNR se maintient, voire progresse, dans l'élite du rugby français. Pire, l'absence d'arène conduira mécaniquement à l'étouffement de ces progressions. L'espace libéré sur le site Flaubert (dans sa partie ouest en débat) pourrait permettre la construction d'un tel outil pour la promotion du sport professionnel à Rouen, pour l'heure bien mal équipé en comparaison d'autres métropoles françaises comparables (voir nos voisins du Havre, par exemple).

annie NOUVEL

dim 18/10/2020 - 16:09

Bonjour. D'accord avec Pierre AUGER sur le fait qu'il manque un stade. Mais est-ce nécessaire de mettre beaucoup d'argent public pour un "grand stade ?" pour le foot et le rugby. D'ailleurs leurs niveaux actuels ne sont pas si bons au niveau national… La Métropole investit déjà ENORMEMENT d'argent d'argent dans les stades Diochon et Lozai: Quant au stade Mermoz, il a été privatisé par le rugby. Les sportifs qui venaient courir il y a 3/4 ans ne peuvent plus rentrer. Ils sont déjà obligés de slalomer entre les promeneurs , marcheurs sportifs, chiens, trottinettes et poussettes sur les quais depuis la rénovation...Ce n'est plus possible de faire du running certains jours. Plusieurs de mes collègues ont arrêté le sport à cause de ce manque de structure. Bref, mon avis sur ce coin: il y a assez de jeux, (trop )de restaurants et d'espaces pour se promener et les enfants ou pour se reposer. Il manque un lieu de rendez-vous et partage pour les sportifs une piste d'athlétisme, un skate-park, beaucoup de grands arbres autour, un arboretum, peut-être un lieu dédié à la faune marine et fluviale, un grand gymnase pour les nouveaux habitants. Merci

Quelques idées très différentes les unes des autres... Je souhaiterais un parc animalier, un parc multi-activités sportives (parcours), des forêts pour redonner de l'oxygène, un verger et potager partagés.
Un lieu culturel de créations/ventes (exposition, cours, vente).
Cinéma de plein avec des films en VO sous-titrés. Des représentations théâtrales en plein air l'été.
Pourquoi pas des halles fermées avec des produits locaux : maraichers et agriculteurs locaux (vente directe producteurs/consommateurs) ? Faire venir la campagne dans la ville.
Des magasins éphémères sur le savoir faire local ou du 100% made in France (un peu de stock et des catalogues pour de la vente en ligne).
Ce lieu immense serait interdit aux véhicules (cis 2 roues). Navettes organisées avec des animaux ?

Bonjour, je pense qu'il manque un parc de Street Workout pour pouvoir pratiquer en pleine air cet discipline, étant de cet disciplines, le parc de Streetworkout de Rouen manque d'agrès, ce qui rend la pratique complète du StreetWorkout difficile. Ceci va pouvoir non seulement aider à faire grandir et connaître cette discipline mais aussi aider les Athletes pratiquant. Bonne journée.

Bonjour, la catastrophe de Lubrizol est un signe de la vie.
Il est donc venu le temps de tirer des conclusions de cette alerte.
Pour se faire, le projet doit être complètement repensé.
Que manque t'il à Rouen ? De l'air, de l'oxygène pour lutter contre le réchauffement climatique, preserver notre planète et pour redonner de l'air dans cette cuvette.
Alors, arrêtons l'urbanisme à outrance, cessons de céder à ces lobbing immobiliers même construits de facon éco-responsable, ça c'est pour se donner bonne conscience !
Je propose donc de créer un espace de verdure, un bois, où il sera bon de se balader, avec la création de parcours sportifs...
La bulle d'oxygène rouennaise...

Cédric Dominas

lun 09/11/2020 - 12:36

Bonjour,

Merci de nous laisser un champs d'expression et je l'espère de nous écouter.

La catastrophe Lubrizol marquera à jamais l'esprit de Rouennais.
Même si je ne suis pas opposé aux projet immobilier sur d'anciennes friches, je pense que vu la teneur polluante de ces terres, il faudrait mieux les végétaliser pour redonner un poumon à la ville qui en a grandement besoin.
La dimension éco n'est pas suffisante car par principe de précaution il ne faudrait pas que des habitants soient aussi proches d'une zone aussi dangereuse (seveso) et vivent au dessus d' "éléments traces métalliques » (sic), « de forts taux de phosphore, sulfates et de chlorures, de radiums extrêmement radioactifs». Remettre de la terre ne les feras pas disparaitre.
C'est bien ce pourquoi c'est une foret qu'il nous faut, voir mêmes plusieurs (j'apprécie l'effort fait aux niveaux des bruyères)

Désolé les futures habitants (en vrai c'est mieux pour votre santé), désolé l'attractivité, mais il est tant de réfléchir autrement.

Gabin LEGENDRE

lun 09/11/2020 - 13:18

Il me semble indispensable de donner à Rouen l'espace vert qu'elle mérite. Transformez cet endroit en un bois où il fera bon se promener et se rafraichir en été. L'aménagement des quais a été un succès, continuons dans cette voie ! Rouen est déjà bétonnée de partout, laissons la respirer. Re végétalisons, et ramenons de la biodiversité en ville. Entre les problématique environnementales et les accidents industriels c'est très clairement ce que les gens veulent.

Cette terre polluée va être investie de projets immobiliers detenus par des Bouygues et Cie, immeubles occupés à 50% de leur capacité, construit à la va vite... Tout comme Luciline.
Au lieu de cela, Rouen aurait besoin d'un vrai parc en ville. Rouen, devenue minerale au fil du temps, des canicules accentués par ces infrastructures. Soyez raisonnables : faites un grand parc, les terres sont ultra polluées jusqu'au jour où un expert vendu dira que non, mais cette terre le sera encore en réalité. Lubrizol jsute en face, faites un vrai parc, des arbres, beaucoup d'arbres et pas ces brindilles que vous nous installer à tout va pour remplacer ces arbres centenaires.
Soyez raisonnables et écolo, arretez le greenwashing et croire que les 10 arbres brindilles au milieu d'un amas d'immeubles à moitié occupé est acceptable.
Plantez des arbres, des vrais. Faites un grand et vrai parc, avec de l'ombre, des plans d'eau, des petites allées, où les joggers et les familles prendront l'air.
Ces mêmes arbres depollueront plus vite le sol.
Soyez raisonnable, le réchauffement climatique est là, Rouen a chaud, et Rouen étouffe de pollution, d'odeurs, de chaleur.
PLANTEZ. Renouvelez. Depolluez. Stop de construire. Il y a en a plein de logement, remplissez les avant de construire.

Je pense qu'il faudrait plutôt un grand espace vert à Rouen, comme dans toutes les villes d'ailleurs. Un endroit avec beaucoup d'arbres, plantes, fleurs, style "jardin des plantes" , de la biodiversité, pour respirer, se balader, se protéger de la chaleur l'été, et pour compenser la pollution des villes. La nature n'est elle pas notre meilleure amie ?
D'ailleurs puisque cet endroit est déjà très pollué en sous terre, il est préférable de ne pas construire d'immeubles, ce qui ajouterait du bruit, de la pollution, des bouchons...
Pour une fois laissons l'argent et le profit de côté et pensons bien être humain et bien être de la planète ?

Donnez votre avis

Vidéo d'accueil