Aller au contenu principal
  • CONCERTATION PUBLIQUE
Repensons le quartier Rouen Flaubert
Date de lancement de la consultation
Date de clôture de la consultation
Concertation publique Rouen Flaubert

Le projet Rouen Flaubert a été conçu il y a 15 ans. Il est souhaitable aujourd’hui de le remettre sur la place publique, non pas pour le remettre en question mais pour le faire évoluer en fonction des attentes actuelles. Il s’agit notamment de tenir compte des évolutions sociétales, des attentes citoyennes, des changements climatiques et des évènements récents comme l’incendie de l’usine Lubrizol, et la crise sanitaire du COVID-19.

S’agissant d’un projet à rayonnement métropolitain, la concertation est ouverte à l'ensemble des habitant.e.s des 71 communes de la Métropole Rouen Normandie, ainsi qu'au réseau associatif, aux acteurs économiques et usagers du territoire.

Informations sur le projet

Les objectifs de la concertation

  1. Proposer un espace de dialogue permettant à la Métropole de répondre aux questionnements qui ont été véhiculés sur ce projet.
  2. Permettre aux habitants et aux acteurs locaux d’exprimer leurs attentes pour ce quartier.
  3. Se donner la possibilité de faire évoluer le projet de manière à tenir compte des transformations sociétales (risques sanitaires notamment) et du changement climatique (risques d’inondation, canicules plus fréquentes...) dans une approche de résilience.

Les thématiques que la Métropole souhaite aborder lors de cette concertation

Pour engager la démarche de participation citoyenne, la Métropole a identifié plusieurs thématiques sur lesquelles un travail de concertation avec la population et les acteurs du territoire est nécessaire :

  • le devenir de la frange ouest du quartier, espace de transition entre les infrastructures routières, la zone industrialo-portuaire et la zone mixte habitat/activités ;
  • l’aménagement du parc du canal au centre du quartier ;
  • la nature et la biodiversité en ville ;
  • la gestion des déplacements (voiture, transports collectifs, vélo, marche) en interne au quartier et pour le relier aux quartiers existants ;
  • les formes urbaines et architecturales ;
  • la modularité des espaces ;
  • les équipements publics du quartier ;
  • l’adaptation des logements aux conséquences de la crise sanitaire (télétravail,
  • balcons…) ;

Ces thématiques ne sont pas exhaustives et d’autres sujets de concertation peuvent être proposés à la collectivité dans le cadre de cette démarche participative.

Les invariants du projet

Si de nombreux sujets sont proposés à la concertation, d’autres ne peuvent être modifiés et sont à considérer comme des « invariants ». En raison de contraintes techniques, réglementaires ou d’avancement des projets, les invariants identifiés par la Métropole Rouen Normandie sont :

  • le périmètre du quartier et la proximité à la zone industrialo-portuaire ;
  • le raccordement au Pont Flaubert (sous maîtrise d’ouvrage de l’État) ;
  • la poursuite des aménagements déjà engagés ;
  • la poursuite même du quartier au-delà de ce qui a déjà été engagé, toutefois en tenant compte des résultats de cette concertation.

Le dispositif de concertation proposé pour le projet Rouen Flaubert

La concertation publique relative au quartier Rouen Flaubert se déroulera en 2 phases :

  • une 1ère phase de mise en débat des grands principes du schéma directeur du projet, d'octobre 2020 à avril 2021 (6 mois);
  • une 2ème phase de concertation permettra ensuite de préciser les aspects pratiques et opérationnels du projet.

La première phase de concertation : octobre 2020-mai 2021

Cette première phase de concertation fera appel à des outils numériques et des réunions en présentiel avec la population et les acteurs du territoire, ceci afin de permettre à chacun.e de prendre part aux échanges selon les modalités proposées.

La réunion publique du 15 octobre 2020

Une première réunion publique organisée le 15 octobre 2020 a permis un premier temps de présentation des enjeux du projet et de dialogue, afin d’identifier collectivement les sujets à concerter. Ainsi, aux thématiques proposées initialement par la Métropole Rouen Normandie sont venues s’ajouter les propositions citoyennes suivantes :

  • La prise en compte et la maîtrise des risques naturels et industriels
  • La conception des espaces publics pour une meilleure appropriation par les femmes
  • Les services et les commerces de proximité à prévoir

 

 

Suite à cette réunion publique, la Métropole a proposé un questionnaire pour interroger plus largement les citoyen.ne.s sur leur connaissance et leurs premiers ressentis du projet. Par ailleurs ce questionnaire a permis à celles et ceux qui le souhaitaient de prendre une part active dans la concertation en s'inscrivant dans l’un des groupes de réflexion citoyenne qui vont être crées en novembre 2020.

BILAN DU QUESTIONNAIRE

 

Les ateliers de réflexion citoyenne

Une série d'ateliers de réflexion citoyenne a été organisée. Les participants sont tous des volontaires ayant signifié leur volonté de travailler sur le projet Rouen-Flaubert en répondant au questionnaire en ligne.

L’objectif de ces ateliers est de mobiliser des citoyens et citoyennes, leur donner les moyens de maîtriser le sujet, l’ensemble des enjeux et les limites de chaque solution envisageable afin de pouvoir émettre un avis éclairé. Les travaux de ces ateliers feront l’objet d’une restitution publique.

Pour préparer au mieux ce travail participatif, un webinaire de présentation du projet a été élaboré et communiqué aux citoyens et citoyennes volontaires. Celui-ci donne des éléments de présentation et de compréhension du projet, son historique et ses enjeux...

Un groupe de travail pour les associations et les acteurs économiques locaux

En parallèle des ateliers citoyens, et afin de garantir la mobilisation et l’expression de tous, une vingtaine d'acteurs locaux sont également mobilisés (réseau associatif local, acteurs institutionnels et économiques). Leurs travaux sont animés avec la même méthode et sur les mêmes thématiques que les ateliers de réflexion citoyenne. 

Au total, près de 80 personnes participent à ce travail collectif et détaillé de réflexion citoyenne. 

ACCÉDER AUX TRAVAUX DES GROUPES CITOYENS ET ACTEURS LOCAUX

 

Des balades urbaines

Des balades urbaines et visites de chantier ont été organisées en mai 2021 afin de permettre au plus grand nombre de prendre part à cette concertation. Compte-tenu des conditions sanitaires liées à la crise du Covid19, les visites ont été limitées à 4 groupes de quelques personnes. D'autres balades pourront être programmées dans la seconde phase de la concertation.

Les outils numériques

Au-delà des groupes de travail, la population est invitée à participer activement à la concertation. Ainsi des questionnaires en ligne sont proposés et diffusés sur le site JE PARTICIPE ainsi que sur la page facebook de la participation citoyenne et de la Métropole.

Les acteurs du territoire (associations, entreprises, collectivités...) peuvent également produire des cahiers d'acteurs sur la base d’un « document type » permettant de proposer une contribution "détaillée" qui sera publiée sur la plateforme et consultable par l'ensemble des lecteurs et lectrices.

CAHIER D'ACTEUR ROUEN FLAUBERT

 

Enfin, vous avez la possibilité de proposer une contribution libre en utilisant le module de commentaires situé en bas de cette page (La création d'un compte sur le site JE PARTICIPE est nécessaire pour pouvoir contribuer).

La restitution des travaux

Une séance d’échange, de partage et de restitution de la réflexion citoyenne sera organisée à la fin du printemps et une réunion publique de clôture et restitution de la concertation par la Métropole est organisée le 10 juin 2021 à 18h30 au 108 (Siège de la Métropole). Compte-tenu du contexte sanitaire, les places sont limitées en présentiel et une retransmission en direct sur la page Facebook de la Métropole est prévue.

S'INSCRIRE POUR LA REUNION PUBLIQUE DU 10 JUIN 2021

 

Un bilan de la première phase de concertation sera alors publié sur le site JE PARTICIPE.

La deuxième phase de concertation

La 2ème phase de concertation permettra ensuite de préciser les aspects pratiques et opérationnels du projet. Prévue en 2022, ses modalités seront définies collectivement à la lumière des enseignements de la première phase.

Vos contacts

Nom du service ou de la direction
Direction de l'aménagement et des grands projets
Nom de la personne ressource
Noémie HINFRAY
Fonction de la personne ressource
Responsable de projets
Mail de la personne ressource
jeparticipe@metropole-rouen-normandie.fr

Les avis déposés

CAQUELARD

mar 10/11/2020 - 11:54

Ne laissez pas encore les promoteurs mettre leur nez sale sur le projet. Le béton ça suffit et l'incendie Lubrizol devrait donner à réfléchir aux adeptes de l’asphyxie des quartiers. Sans être un écolo bobo je suis tout à fait partisan d'espaces verts avec plans d'eau. Donnez un poumon artificiel à Rouen qui en a bien besoin.
Merci de demander notre avis. Vivrais je assez longtemps pour pouvoir vous remercier d'en avoir tenu compte

Antho

dim 15/11/2020 - 13:59

Concernant ce projet je pense avant tout qu'il faut tout d'abord avoir un équilibre.
Verdure, architecture, service, transport.
Il faut de la Verdure mais qu'elle métropole en France à un si grand domaine forestier tout autour d'elle ...je n'en vois pas beaucoup mais il suffit de s'y rendre pour s'en rendre compte et pour ma pars ma bulle d'oxygène est la bas a cinq minutes de chez moi.
Je lis un Stade pourquoi pas je pense que dans ce domaine Rouen est sous dotée toute les métropole on un grand stade Caen, Le Havre en ont un par exemple et autour de ce stade y planter une foret avec des parcours sportif, terrain de basket, skate Park, tout ça intégré ds la foret genre foret pin sylvestre et autres conifères.
Il faut aussi avoir des innovations architecturale moins étalements pour laisser place a des espaces verts mais des ensembles de logement et de bureau plus hauts que sa sorte du commun avoir un emblème un phare un endroit qui sera l'emblème de ce quartier et qui lui fera prendre de la valeur ms qui ne sera pas un dortoir (le stade me parait bien Diochon est obsolète).
J'espère que vous prendrai en compte mon commentaire car tout ne peut pas se résumer à planter des arbres et faire des jardins solidaires ms je ne dis pas qu'il n'en faut pas non plus je précise avant de m'attirer toute les foudres.

Anthony

Gaël

mer 20/01/2021 - 13:44

A propos des accès au quartier, on voit bien sur les plans ou sur le terrain que depuis Rouen, les rues sont alignées avec les nouvelles rues du quartier. En revanche qu'en est-il depuis Le Petit Quevilly (Rue de la Motte et Av de la République)? Il serait bon d'avoir un désenclavement de cette commune et lui donner un accès vers la Seine qu'elle n'a actuellement pas, pour les piétons et les vélos bien sur. Que restera-t-il après la transformation de l'actuelle N338 du rond point de la motte jusqu'au carrefour avec l'Avenue Rondeaux? On parle de stade ou de poumon vert dans les avis précédents, est ce que la place dégagée par la route pourrait être remplacée par un parc ou des espaces verts. En revanche qu'en est-il pour les accès routiers pour les gens venant de la Sud 3 et allant vers Rouen Rive Gauche? Par où devront-ils passer sans occasionner de gêne à travers le nouveau quartier?

Autre sujet, dans les objectifs de la Métropole, on note que la lutte contre l'étalement urbain apparait, le quartier Flaubert est une bonne réponse à cette lutte en réinventant la ville sur la ville sans utiliser de nouvelles surfaces agricoles, je ne vois pas d'inconvénient à ce que la zone accueille du bâti comme prévu dans le projet. Mais au nom de cette lutte, pourquoi continuer à autoriser l'agrandissement de zones comme le Madrillet sur la forêt ou la zone commerciale d'Isneauville en plein champ?

Aurelien Rosée

jeu 21/01/2021 - 10:00

Le projet tels qu'il a été élaboré au départ a pour avantage de bien prendre en compte les contraintes du sites (chemins de fer, nuisances sonores, besoin de vie et d'animation, etc...) , celafin d'atteindre les objectifs et de faire de ce projet un succès, en créant un nouveau quartier avant tout vivant, doté de commerces et de tous les services, doté d'un environnement verdoyant et apaisé.

C'est cette recette qu'il est important de conserver pour garantir le succès de l'écoquartier.

L'idée d'amener une forêt entre Lubrizol et L'écoquartier n'est pas mauvaise, mais me semble plus de l'ordre du symbole que d'une réponse à une problématique fondé.
Outre le fait de "cacher" le site industriel, une forêt aurait elle une utilité pour faire face au risque induit par Lubrizol ?

Le problème n'est pas de créer un nouveau quartier à côté de Lubrizol... le problème de fond est d'avoir Lubrizol dans notre coeur d'agglomération.

quelle différence entre habiter le quartier Flaubert , ou habiter le quartier Luciline ? ou bien même habiter Rouen d'une façon plus générale ?

Créer une forêt ma parait être geste positif, et ce serait une très bonne chose pour la biodiversité locales et l'aspect captation carbone.
En revanche, Attention à ne pas commettre l'erreur de supprimer les bâtiments de bureaux en front du pont Flaubert, qui jouent le rôle de bouclier phonique en préservant l'ecoquartier Flaubert des bruits en provenance du pont.

Ce quartier peut être un renouveau pour la ville de Rouen.
Et au dela d'un nouveau lieu de vie, il peut être aussi la preuve que l'on peut bâtir nos habitats futurs différements , mieux pensés, grâce à une vue collective des projets (l'atout des Z.A.C), et ainsi créer réellement une nouvelle façon de créer la ville.

lverdiere

mar 02/02/2021 - 01:11

Nous garderons tous en mémoire ce terrible incendie de septembre 2019. Est-ce cependant utile de rappeler que le nuage ne s’est pas arrêté sur la rive gauche mais a progressé sur toute la rive droite et jusqu’à des centaines de kilomètres ? Les industries sont ancrées dans l’histoire de notre territoire, il nous faut composer avec. L’enjeu majeur est de trouver l’équation entre attractivité et maintien de nos emplois - y compris dans les industries. Cela passe d’une part, dans la suggestion d’un cadre de vie agréable (la Seine, les espaces verts, loisirs, infrastructures mais aussi une offre de logements de qualité - ce dont nous souffrons cruellement et notamment sur l’hypercentre de la ville de Rouen, si joli soit-il) et une activité économique à la hauteur de notre Métropole. Pour attirer ou a minima fixer les populations, il est donc important d’engager / poursuivre la rénovation lourde et la construction de logements. Il est aussi indispensable de pouvoir accueillir de nouvelles entreprises et de proposer de la même façon des bureaux / locaux d’activité de qualité. Le quartier Flaubert y trouve tout son sens et contribuera au rayonnement de La Métropole. Il doit proposer une mixité d’usages (commerces, logements, bureaux, espaces verts, crèche..) ponctués de lieux de vie partagés (co-working , conciergerie, potagers, permaculture - aidés par l’association les cocottes urbaines ?...) privilégiant des espaces verts dignes de ce nom et surélever les constructions, le secteur le permet (évitons la proximité entre les immeubles que nous connaissons par exemple quartier Luciline). Tout cela ne peut se faire qu’en étant intransigeants avec les entreprises sensibles de notre territoire : aurons-nous un jour le fin mot de l’incendie «Lubrizol » ? Ou dernièrement ces soit-disants feux de cheminée qui ont « embaumé » notre environnement ? Nous ne pouvons nous permettre à nouveau ces failles, il en va de l’attractivité de notre territoire et des efforts permanents que ses habitants déploient pour attirer de nouveaux talents.

Gilles

dim 21/02/2021 - 22:27

Comme beaucoup d'autres commentaires, le mieux serait de profiter de ce vaste espace en ville pour créer le grand parc dont Rouen a tant besoin ! La ville manque d'espaces verts et mis à part le jardin des plantes, ne bénéficie d'un beau et grand parc à l'instar d'autres métropoles. C'est le lieu et le moment idéal pour créer ce poumon vert dont les Rouennais ont tant besoin. Nous avons la chance d'être en Normandie, gardons l'âme de cette région et créons un parc riche en arbres, arbustes, plans d'eau, promenades, fontaines... S'il le projet est intégré à son environnement, il pourrait même faire le pont avec la presqu'île Roller... Bref, prouvez-nous que vous êtes attentifs aux citoyens et non aux lobbys immobilier. Le quartier Luciline devrait servir de leçon : très peu de verdure, architecture aucunement cohérente avec le style de la région, piètre qualité des matériaux utilisés... Inutile de refaire ces erreurs. De nombreuses friches dans la métropoles pourraient accueillir des entreprises et en ce qui concerne les logements, idem. Stop à l'urbanisation à outrance, Rouen est assez bétonné comme ça et les constructions des dernières années sont, honnêtement, hideuses pour une ville chargée d'histoire comme Rouen (Luciline, nouvel immeuble Habitat 76 avenue Jean Rondeau...).

FONTAINE

lun 22/02/2021 - 18:59

J'imagine ce quartier "ceinturé" d'une boucle verte formant une forêt circulaire, habitée d'une faune composée de moutons, de renards et d’écureuils (à eux le corridor écologique, à nous la zoo à ciel ouvert toute l'année). Au milieu, les habitant s'y sentiraient à la fois proches de la nature et de la ville mais "protégés" des risques anthropiques par ce bouclier végétal. Les badauds n 'auraient plus qu'à rejoindre le quartier le week-end pour s'aventurer en terre inconnue.
Pour l'habitat et afin de s'exonérer de la pollution de sols, je propose de construire en R+1 et de laisser les rez de chaussée pour le parking des voitures (aéré naturellement) sur le modèle de l'hôtel Campanile, rue de la Motte à Rouen.

Claudy

ven 26/02/2021 - 10:55

Je trouve que le terme foret est très excessive.
Il faut aussi du Foncier pour Rouen.
Rouen est entouré de foret ms les gens n'y vont pas alors pourquoi iraient ils rive gauche a coté de de Lubrizol et d'un autoroute vu que le contournement va se faire par l'ouest je suis dubitatif.
N'oublions pas qu'il faut minimum trente ans pour qu'elle pousse.
Il faut un équilibre foncier verdure et un centre culturel ou un nouveau stade de foot pour rendre le quartier attractif.
Faire du R+6+7 densifier en hauteur pour gagner des espaces au sol.
Après quand je vois Luciline ça fait peur d'investir ds ce genre de quartier quand je vois la circulation Mont Riboudet, Pont Flaubert, quai Ferdinand Lesseps, la qualité des immeubles médiocre mal finis pour un prix exorbitant ça fait peur !!! à moins de faire de la défiscalisation.. ms n'est ce pas ça le problème !!!
Bref faire quelque chose d'équilibré harmonieux et on verra le résultat dans 10 ou 15 ans car quand je vois le temps que ça prends sur Luciline faut pas être pressé.

thierry

jeu 04/03/2021 - 17:05

Bonjour, je participe aux ateliers participatif sur ce dossier.
Lors du 2ème atelier, nous avons évoquer la "fameuse" zone de transition. Au moment du vote, j'ai choisi l'option de reboisement complet. Aujourd'hui, je suis de plus en plus motivé par cette option. Je me suis renseigné et j'ai vu de de nombreux projets de reboisement urbains existaient. On y parle en particulier de la méthode MIYAWAKI en périphérie de Paris, à Nantes ou à Mulhouse.
C'est une opportunité pour l'agglo d'avoir une forêt en pleine ville. On peut y ajouter quelques idées locales :
1- s'inspirer des clos masures du pays de Caux, un haut talus planté d'arbres
2-un verger avec les arbres fruitiers de notre région
3-une mare pour la faune sur une partie protégée de la forêt qui serait interdite à l'homme

Si d'autres personnes souhaitent défendre ce type de projet, je suis disposé à me joindre à elles.

merci.

Lenganey

ven 30/04/2021 - 18:31

Bonjour,
Sur cet espace la meilleur solution me paraît être un parc avec un espace ou il y aurait beaucoup d'arbres. J'ai constaté ces dernières années que les rouennais adore ce genre d'endroit (exemple : aménagement des quais de seines rives gauches, parc des bruyères, forêt du Rouvray,....) d'autant plus que les ilots de chaleurs sont encore présents a Rouen et peu appréciés. L'aménagement en un grand parc avec de nombreux arbres me parait une suite logique et cohérente avec les travaux réalisés sur les quais de seines rives gauches. De plus il existe de nombreuses zones dans Rouen ou des immeubles et bâtiment sont laissés a l'abandon, ceux ci peuvent être aménagés pour être habités. Nous utiliserons ainsi une zone urbaine déjà présente car il est dans notre devoir pour les génération futures de limiter l'étalement urbain.

Donnez votre avis